La finalité des recherches

Dernière mise à jour : Jeudi 13 septembre 2012
 

Implanter Cigéo

La caractérisation du milieu géologique reposant sur des études régionales, des forages, des mesures géophysiques et des observations en Laboratoire souterrain, a permis de disposer d’une connaissance détaillée (géométrie, structuration, stabilité, homogénéité, continuité…) des formations. C’est sur celle-ci que repose le choix progressif de l’implantation de Cigéo, le déploiement de ses installations et par la suite l’accompagnement de son exploitation.

SismiqueSismique Camion vibrateur 667Camions vibrateurs. © Alain Rezzoug

 

Définir les modalités de stockage des déchets

Les recherches reposent sur une connaissance détaillée des colis de déchets et contribuent à identifier les modalités de stockage (colisages, matériaux utilisés, répartition des colis dans les alvéoles…) qui permettent de maitriser au mieux l’évolution des déchets, d’exploiter en toute sécurité le stockage et de limiter sur le long terme le relâchement des radionucléides.

 

Déterminer le comportement du stockage au cours de son exploitation et après sa fermeture

ChromatographeContrôle du chromatographe. © Véronique Paul

L’identification et la quantification des processus thermiques (échauffement de la roche par les colis de déchets), mécaniques (endommagement et convergence du massif rocheux), hydrauliques (mouvements des fluides) et chimiques (altération des matériaux et interactions avec les déchets) qui se dérouleront depuis l’ouverture du stockage jusqu’au million d’années sont indispensables à la conception de Cigéo et à l’analyse de sa sûreté. Ces processus ont été reproduits au travers d’expériences, observés en Laboratoire souterrain et simulés pour évaluer leur évolution sur le long terme.

 

Dimensionner les ouvrages pour assurer la sûreté en exploitation et préserver le milieu géologique

La connaissance du comportement des composants du stockage obtenue dans le cadre d’expérimentations et d’essais technologiques est un élément indispensable au dimensionnement des colis et des ouvrages de stockage. On peut ainsi sélectionner les meilleures formulations de matériaux (acier, bétons, argiles), définir les modalités de leur mise en place ainsi que les caractéristiques des ouvrages réalises (épaisseur, densité…).

 

Tester les solutions industrielles

Sur la base des connaissances acquises au travers des recherches décrites plus haut, des essais technologiques peuvent être mis en œuvre pour tester les solutions industrielles qui pourraient être utilisées pour construire, exploiter et fermer le stockage (essais de réalisation de conteneurs et d’alvéoles de stockage, tests de manutention des colis, de moyens de surveillance et de fermeture du stockage…).

Essai de chemisageEssai de mise en place de chemisage d'une alvéole de type HA dans le Laboratoire souterrain de l'Andra. © Philippe Demail

Le creusement et le soutènement
Les 1 650 mètres de galeries creusés au Laboratoire souterrain permettent de tester différentes méthodes de réalisation pour les galeries du stockage et de suivre l’évolution des ouvrages dans le temps.

L’exploitation
Les conséquences des conditions d’exploitation et notamment de la ventilation au cours des différentes phases de la vie du stockage ont été étudiées en Laboratoire souterrain permettant ainsi d’observer les réactions de la roche dans différentes conditions représentatives du futur stockage. Des prototypes de conteneurs de stockage et d’engins de manutention ont également été réalisés. Ils permettent de tester à l’échelle 1 des procédés qui pourraient être utilisés pour mettre en place les colis dans les alvéoles de stockage, et les récupérer le cas échéant.

La fermeture
Les scellements participent à la sûreté après fermeture de Cigéo, en contribuant à s’opposer à la circulation de l’eau dans le stockage. L’Andra a mis en place un programme d’essais important pour vérifier leur faisabilité en vue de la demande d’autorisation de création de Cigéo. Un essai industriel en vraie grandeur a été réalisé. Il visait à tester, à l’échelle de Cigéo, la construction d’un noyau à base d’argile gonflante avec ses massifs de confinement en béton. Cet essai a été réalisé dans le cadre d’une coopération européenne initiée par la plate-forme technologique IGD-TP. Plusieurs essais sont également en cours au Laboratoire souterrain (tests de compression ou d’interruption de la zone endommagée, réalisation d’un noyau de scellement à l’échelle 1/2 qui sera ensuite resaturé…). Ces essais préparent la réalisation de démonstrateurs de scellement dans Cigéo, qui seront mis en œuvre dès la phase industrielle pilote de Cigéo.

Assurer le suivi de l’exploitation et fournir les éléments pour la réversibilité

Une stratégie d’ensemble englobant le contrôle des colis, l’observation et la surveillance des ouvrages et de l’environnement est développée dans le cadre du projet Cigéo. Elle permettra de contrôler le bon fonctionnement de l’installation et d’acquérir un retour d’expérience qui sera exploité pour la conception de l’installation ainsi que pour les réexamens périodiques de sûreté et des conditions de réversibilité de Cigéo. Plus spécifiquement, assurer la gestion réversible du stockage sur une période de l’ordre de la centaine d’années impose de mettre en œuvre des moyens d’observation et de surveillance adaptés. Les résultats des études scientifiques permettent notamment d’identifier les évolutions à surveiller, d’assurer la redondance, la complémentarité et la robustesse du système de mesures, de mettre à disposition des capteurs discrets, robustes dans le temps et autonomes. En parallèle et dans le souci d’accompagner les travaux techniques sur la réversibilité, des recherches sont menées en sciences humaines et sociales sur la thématique de la transmission intergénérationnelle et de l’appréhension des longues échelles de temps et de la mémoire.

Commentaires