Le choix des autres pays

Dernière mise à jour : Mercredi 18 juillet 2012
 

Laboratoire de recherche souterrain suédois à AspöLaboratoire de recherche souterrain suédois à Aspö. © AndraLes pays utilisant l’énergie électronucléaire retiennent tous le stockage profond pour une gestion définitive et sûre à long terme de leurs déchets les plus radioactifs. De nombreux pays ont engagé des recherches sur le stockage géologique. Outre la France, c’est le cas par exemple des États-Unis, de la Finlande, de la Suède, du Canada, de la Chine, de la Belgique, de la Suisse, de l’Allemagne, du Royaume-Uni ou encore du Japon.

Les concepts et les milieux géologiques choisis varient en fonction des pays. Le WIPP (Waste isolation pilot plant) aux États-Unis stocke depuis une dizaine d’années, à 700 m de profondeur, les déchets MA-VL issus des activités de défense américaines. Toujours aux États-Unis, le projet de stockage profond de Yucca mountain a été interrompu en 2010. Cette même année, une commission a été créée (Blue Ribbon Commission) afin d’examiner toutes les alternatives permettant de gérer les combustibles usés et les déchets radioactifs de haute activité. Cette commission a conclu qu’il était nécessaire de reprendre les études pour la conception d’un stockage profond.

Concernant la Suède et la Finlande, les demandes d’autorisation de création de stockages en milieu granitique sont en cours d’instruction.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) indique que « la sûreté du stockage géologique est largement acceptée dans la communauté technique et de nombreux pays ont maintenant décidé d’aller de l’avant avec cette option » (The long term storage of radioactiive waste : safety and sustainability - A position Paper of International Experts, AIEA 2003).

En 2011, la directive européenne 2011/70/EURATOM du 19 juillet établissant un cadre communautaire pour la gestion responsable et sure du combustible usé et des déchets radioactifs rappelle que le stockage géologique constitue actuellement la solution la plus sûre et la plus durable en tant qu’étape finale de la gestion des déchets de haute activité.

Mots-clés :

Commentaires