Notions utiles sur les déchets radioactifs

Dernière mise à jour : Jeudi 26 juillet 2012
Aucun commentaire

D’où viennent les déchets radioactifs ?

Depuis plusieurs dizaines d’années, de nombreuses activités utilisent les propriétés de la radioactivité, qu’elle soit d’origine naturelle ou artificielle. Comme toute activité humaine, ces utilisations produisent des déchets, dont certains sont radioactifs. La grande majorité de ces déchets a l’apparence de déchets classiques : outils, vêtements, ferrailles, plastiques, gravats… Cependant, leur radioactivité peut présenter un risque pour l’homme et l’environnement.

11 origine des dechets IN2015L'origine des déchets radioactifs. © AndraLa radioactivité est utilisée principalement dans cinq secteurs économiques :

  • L’Industrie électronucléaire : centrales nucléaires et usines de fabrication et de traitement des combustibles utilisés pour faire fonctionner ces centrales (extraction et traitement du minerai d’uranium, fabrication des combustibles, traitement des combustibles usés…).
  • La Défense nationale : activités liées à la force de dissuasion, à la propulsion nucléaire de certains navires ou sous-marins et recherche associée.
  • L’industrie classique : extraction de terres rares, fabrication de sources radioactives ou autres applications diverses (contrôle des soudures, stérilisation du matériel médical, stérilisation et conservation de produits alimentaires…).
  • La recherche : principalement la recherche menée dans le domaine du nucléaire par le CEA, et dans une moindre part, dans divers domaines : physique des particules, agronomie, chimie, biologie...
  • Le domaine médical : recherche médicale, diagnostic et traitement.

Ces nombreuses utilisations produisent chaque année en France l’équivalent de 2 kg de déchets radioactifs par habitant.

Que sont les déchets radioactifs ?

Les déchets radioactifs sont des substances radioactives pour lesquelles aucune utilisation ultérieure n’est prévue ou envisagée. Ils contiennent des atomes radioactifs (radionucléides) tels que le césium, l’uranium, l’iode, le cobalt, le radium, le tritium... En fonction de la quantité et de la nature de ces radionucléides, les déchets sont plus ou moins radioactifs, pendant plus ou moins longtemps.

12 volume et radioactivite des dechets IN2015Répartition du volume et du niveau de radioactivité des déchets radioactifs. © AndraFin 2013, il existait en France environ 1 460 000 m3 de déchets radioactifs.

La classification des déchets radioactifs

En France, les déchets radioactifs sont classes en cinq catégories :

  • les déchets de très faible activité (TFA)
  • les déchets de faible et moyenne activité à vie courte (FMA-VC)
  • les déchets de faible activité à vie longue (FA-VL)
  • les déchets de moyenne activité à vie longue (MA-VL)
  • les déchets de haute activité (HA)

Cette classification repose sur de nombreux critères et notamment :

  • le niveau de radioactivité des déchets, exprimé en becquerel (Bq) par gramme. Également appelé activité, ce niveau de radioactivité peut être très faible, faible, moyen ou haut ;
  • la durée de vie des déchets qui dépend de la période radioactive propre à chaque radionucléide qu’ils contiennent. Par simplification, les déchets dont la radioactivité provient principalement de radionucléides à vie courte (période ≤ 31 ans) sont appelés déchets à vie courte, et inversement les déchets contenant une quantité importante de radionucléides à vie longue (période > 31 ans) sont appelés déchets à vie longue.

Comment sont gérés les déchets radioactifs ?

La politique nationale de gestion des déchets radioactifs a été définie en France par le Parlement. Elle a pour objectifs la réduction des volumes de déchets produits, à la source ou par le traitement, le développement de solutions de conditionnement sûres et durables et la recherche de solutions de gestion à long terme. Comme de nombreux pays, la France a fait le choix de mettre en place une gestion à long terme pour tous les déchets radioactifs. Elle repose sur, le stockage définitif qui permet d’isoler les déchets tant qu’ils sont dangereux afin que la radioactivité qui se retrouve au contact de l’homme et l’environnement ne présente pas de risque pour la sante.

Dans les années 1950-1960, les déchets radioactifs de faible activité étaient gérés par immersion pour profiter de la dilution apportée par le milieu marin. Le premier centre de stockage français de déchets radioactifs a été ouvert dans le département de la Manche en 1969. Son exploitation s’est terminée en 1994. L’Andra en assure désormais la surveillance. Aujourd’hui, les deux centres de stockage exploités par l’Andra dans le département de l’Aube permettent de stocker plus de 90 % du volume de déchets radioactifs produits chaque année en France : ceux ayant une très faible activité ou une durée de vie courte. Pour compléter ce système industriel, l’Andra est chargée d’étudier la conception de centres de stockage adaptés pour les déchets ayant une forte radioactivité ou une durée de vie longue. En attendant, les déchets concernes sont entreposes provisoirement dans des installations spécifiques.

Commentaires

Poster un commentaire