Les volumes de déchets prévus dans Cigéo

Dernière mise à jour : Vendredi 14 septembre 2012
Aucun commentaire

Les hypothèses retenues pour le dimensionnement de Cigéo

Le scénario pris en référence aujourd’hui pour le dimensionnement de Cigéo est une poursuite de la production électronucléaire avec une hypothèse de durée de fonctionnement des installations existantes de cinquante ans. Cette hypothèse ne préjuge pas de la décision des autorités publiques d’autoriser ou non un allongement de la durée d’exploitation des réacteurs.

Les déchets qui seront produits par les installations nucléaires en cours de construction sont également pris en compte (EPR de Flamanville, réacteur expérimental Jules Horowitz, installation de recherche ITER). Les déchets produits par un éventuel futur parc de réacteurs ne sont pas pris en compte.

Les volumes de déchets HA et MA-VL qui pourraient être stockés dans Cigéo sont ainsi estimés à :

  • environ 10 000 m3 pour les déchets HA (soit environ 60 000 colis) ;
  • environ 73 500 m3 pour les déchets MA-VL (soit environ 180 000 colis).1

Ces volumes correspondent aux déchets conditionnés par leur producteur. Les colis de déchets seront ensuite placés dans un conteneur de stockage.

Par précaution, des volumes supplémentaires de déchets sont prévus en réserve dans Cigéo. Ces volumes potentiels correspondent :

  • aux déchets qui seraient produits par le fonctionnement et le démantèlement d’un deuxième réacteur EPR, prévu par la programmation pluriannuelle des investissements de production d’électricité pour la période 2009-2020 (environ 215 m3 de déchets HA et 535 m3 de déchets MA-VL)
  • aux déchets FA-VL qui, le cas échéant ne pourraient pas être stockés dans le stockage à faible profondeur aujourd’hui à l’étude par l’Andra (réserve d’environ 30 % du volume de déchets MA-VL à stocker).

L’inventaire autorisé de Cigéo sera fixé par le décret d’autorisation de création du Centre. Toute évolution notable de cet inventaire devra faire l’objet d’un nouveau processus d’autorisation, comprenant notamment une enquête publique et un nouveau décret d’autorisation.

Les déchets déjà produits ou qui seront inévitablement produits

Cigéo devra prendre en charge, en tout premier lieu, les déchets HA et MA-VL déjà produits ainsi que ceux qui seront inévitablement produits quels que soient les choix énergétiques futurs. Ces derniers sont les déchets produits par le démantèlement des installations nucléaires actuelles et les déchets issus du traitement des combustibles usés déjà produits.

L’impact de la politique énergétique sur l’inventaire de cigéo

Cigéo est conçu pour être flexible afin de pouvoir s’adapter à d’éventuels changements de la politique énergétique et à ses conséquences sur la nature et les volumes de déchets qui seraient alors produits. Compte tenu du volume des déchets déjà existants à stocker, l’impact d’un changement de politique énergétique n’aurait de conséquences sur l’exploitation de Cigéo qu’à l’horizon 2070.

La nature et le volume des déchets qui pourraient être produits dans les années à venir dépendent des choix politiques sur le devenir de l’industrie électronucléaire. Différents scénarios, volontairement contrastés, sont présentés dans l’édition 2015 de l’Inventaire national de l’Andra.

1. Évolution prévisionnelle des volumes des déchets HA et MA-VL en cas de poursuite de l’industrie électronucléaire

Ce scénario envisage la poursuite de l’industrie électronucléaire et de la stratégie française actuelle de traitement des combustibles nucléaires usés. Il est fondé sur différentes hypothèses dont :

  • le traitement de tous les combustibles consommés par le parc de 59 réacteurs (58 REP en fonctionnement et l’EPR de Flamanville) ;
  • la disponibilité d’un nouveau parc de réacteurs capable de consommer le plutonium qui ne sera pas recyclé dans le parc actuel.

Le volume des déchets produits par les installations existantes dans le cas de ce scénario dépend de la durée de fonctionnement des réacteurs. Les déchets produits par un éventuel futur parc de réacteurs ne sont pas pris en compte.

dechets scenario poursuite in15

* Hypothèse retenue pour le dimensionnement de Cigéo.
** Par rapport au dossier support au débat public, on constate une augmentation de 3500 m3 du volume de déchets MA-VL. Cela est dû à une évolution mi 2013  de la stratégie retenue par le CEA pour la reprise des déchets bitumés de Marcoule, qui conduit désormais à placer la totalité des fûts dans des surfûts et non  pas seulement une partie comme retenu précédemment. Cette évolution ne correspond pas à une augmentation de la quantité de déchets radioactifs

2. Évolution prévisionnelle de la nature et du volume des déchets HA et MA-VL en cas de non renouvellement de la production électronucléaire

L’Inventaire national retient comme hypothèses pour ce scénario :

  • durée de fonctionnement de 40 ans pour l’ensemble des réacteurs ;
  • arrêt du traitement des combustibles usés en 2019 afin d’éviter de récupérer le plutonium dont le recyclage ne serait plus possible sous forme de combustible MOX compte tenu de l’arrêt des réacteurs pouvant fonctionner avec ce type de combustible ;
  • stockage direct des combustibles usés qui seraient alors considérés comme des déchets.

Évolution prévisionnelle de la nature et du volume des déchets HA et MA-VL en cas de non renouvellement de la production électronucléaire

*Combustibles usés de type UOX (oxyde d’uranium), de type RNR (réacteurs à neutrons rapides) et de type MOX (mélange d’oxyde d’uranium et d’oxyde de plutonium).
** Une fois conditionnés, les 57 000 assemblages de combustibles usés représenteraient un volume d’environ 90 000 m3
*** Par rapport au dossier support au débat public, on constate une augmentation de 3500 m3 du volume de déchets MA-VL. Cela est dû à une évolution mi  2013 de la stratégie retenue par le CEA pour la reprise des déchets bitumés de Marcoule, qui conduit désormais à placer la totalité des fûts dans des surfûts et  non pas seulement une partie comme retenu précédemment. Cette évolution ne correspond pas à une augmentation de la quantité de déchets radioactifs

Retrouvez l’intégralité de l’inventaire de Cigéo dans le document Les déchets pris en compte dans les études de conception de Cigéo.

logo HCTISN 250A propos de l'inventaire de Cigéo, lire également le rapport préalable au débat public sur Cigéo du HCTISN (Haut Comité pour la transparence et l'information sur le sûreté nucléaire) en date du 28 mars 2013.


1 L’écart entre cette valeur (73 500 m3) et la prévision à terminaison de déchets MA-VL de l’édition 2015 de l’Inventaire national (72 000 m3) est due au souhait d’AREVA de maintenir dans l’inventaire pour la conception de Cigéo, à titre de précaution, des déchets technologiques déclarés en FA-VL à l’Iventaire national.

 

 

Commentaires

Poster un commentaire