La sûreté du Centre

Dernière mise à jour : Vendredi 14 septembre 2012
 

Les déchets radioactifs contiennent des substances dangereuses qui peuvent irradier une personne à proximité ou contaminer l’homme et l’environnement si elles sont dispersées. L’objectif fondamental de Cigéo est de protéger l’homme et l’environnement de ces déchets sur de très longues échelles de temps. Cigéo est conçu pour être sûr pendant sa construction, son exploitation et après sa fermeture. Cela repose sur de nombreuses dispositions qui permettent d’éviter la dispersion incontrôlée de radioactivité afin que la quantité de radioactivité qui se retrouve au contact des travailleurs et des populations riveraines soit très faible et ne présente pas de risque pour la santé. Après la fermeture du stockage, la sûreté doit être assurée de manière passive et ne nécessiter aucune action humaine. Néanmoins une surveillance sera maintenue après la fermeture du stockage et des actions seront menées pour conserver et transmettre sa mémoire.

La sûreté du stockage pendant son exploitation

Dès la conception de l’installation, l’Andra identifie toutes les sources potentielles de dangers, dont les conséquences pourraient remettre en cause ces fonctions de sûreté du stockage et engendrer un impact pour les personnes et pour l’environnement. Le concept de "défense en profondeur" s’applique à Cigéo comme pour les autres installations nucléaires :

  • Pour chaque risque identifié, l’Andra prévoit les dispositions de conception et d’exploitation qui permettent de les supprimer autant que possible, de les prévenir et de réduire leur probabilité.
  • Des moyens de contrôle et de surveillance seront mis en place pour détecter tout dysfonctionnement et ramener l’installation dans ses conditions de fonctionnement normales.
  • Malgré ces dispositions, l’Andra suppose que des situations accidentelles peuvent se produire et prévoit des dispositions supplémentaires pour les maîtriser afin d’en minimiser l’impact.

La sûreté après fermeture

Après la fermeture du stockage, sa sûreté ne doit pas dépendre d’une surveillance, car celle-ci ne peut pas être maintenue de manière certaine au-delà d’une période de quelques centaines d’années. La sûreté à long terme du stockage doit donc être assurée de façon passive, sans nécessiter d’action humaine.

Le Dossier 2005 établi par l’Andra et évalué par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et par la Commission nationale d’évaluation a montré que l’impact du stockage après sa fermeture resterait largement inférieur à celui de la radioactivité naturelle. Cela repose notamment sur le choix du milieu géologique et sur la conception du stockage.

Des règles de sûreté définies par l'ASN

Que ce soit pour la sûreté après sa fermeture ou pendant son exploitation, Cigéo doit répondre aux règles de sûreté définies par l’ASN. Les dispositions prises et les dimensionnements retenus pour la conception des installations du stockage feront l’objet d’une instruction par l’ASN avant la délivrance de l’autorisation de création du Centre. Le stockage ne pourra être autorisé que si l’Andra démontre qu’elle maîtrise tous les risques.

 


Pour aller plus loin 

Commentaires

  • Roy

    Comme on l'a entendu lors du débat contradictoire, beaucoup de risques potentiels restent encore à élucider, ne va-t-on pas trop vite? Pourquoi les mesures du laboratoire ne se font pas pendant plusieurs décennies afin de bien modéliser les interactions avec la roche pendant des centaines des millénaires
  • Dialogue Andra

    Bonjour Roy,

    La démonstration de sûreté du stockage géologique a été faite en 2005, après 15 ans d’une recherche conduite en France par l’Andra, en collaboration avec d’autres équipes, d’autres laboratoires, français et étrangers. Les travaux de recherche qui se poursuivent à l’Andra et la phase d’esquisse qui est en cours permettent de préciser les solutions techniques qui seront mises en œuvre dans Cigéo. Il n’est pas question d’aller trop vite, nous suivons le long processus, élaboré au fil de lois successives, qui garantit que les décisions sont prises pour servir au mieux l’intérêt général.

    Vous faites référence au débat qui s’est tenu le 24 septembre (les vidéos du débat sont disponibles, voir lien ci-dessous) à l’initiative du CLIS où l’Andra a répondu aux critiques de M. Thuillier. Nous sommes à votre disposition pour compléter ici les réponses apportées par Fabrice Boissier sur des aspects particuliers de la maîtrise des risques si vous le souhaitez.

    http://www.dailymotion.com/video/xtvb41_debat-contradictoire-bure-partie-01_tech#.UKUhSYbjQrM
  • Hervé Nifenecker

    Est il possible d'avoir accès aux chiffres?

    Ce que vous dites sur le sûreté à long terme est à la fois rassurant et bien succinct. Je suppose qu'il est possible d'avoir la nature et l'ampleur des contaminations (Iode 129, Cl36...) en fonction du temps comme on pouvait, avec difficulté, les trouver dans le dossier Argile 2005. Si c'est bien le cas, où peut on trouver ces données?
    • Dialogue Andra

      RE : Est il possible d'avoir accès aux chiffres?

      Bonjour. Pour des données plus récentes, voyez le rapport "Etape 2009" que vous trouverez dans la page Ressources : http://www.cigeo.com/ressources.
  • calsyn

    @Roy
    Pourquoi les mesures du laboratoire ne se font pas pendant plusieurs décennies ?

    L'Andra a obtenu en 2011 le renouvellement de l'autorisation de poursuivree d'exploitation du laboratoire souterrain jusqu'à 2030. Certaines expérimentations pourront effectivement être prolongées sur plusieurs dizaines d'années et ce, afin de conforter la robustesse des modèles de comportement de la roche permettant leur extrapolation en toute confiance à plus long terme.

    Laurent, ingénieur en simulations à l'Andra