Impact et surveillance

Dernière mise à jour : Mercredi 12 septembre 2012
Aucun commentaire

L’impact radiologique de Cigéo

Pendant l’exploitation du centre

Cigéo sera à l’origine de très faibles quantités de rejets pendant son exploitation car les colis de déchets reçus sur Cigéo ne contiendront pas de liquides et peu de radionucléides gazeux. La quasi-totalité des rejets de Cigéo proviendra des émanations de gaz radioactifs (carbone 14, tritium, krypton 85…) de certains colis de déchets MA-VL. Ces gaz seront canalisés, mesurés et strictement contrôlés avant d’être dispersés et dilués dans l’air. Ces rejets et leurs limites devront faire l’objet d’une autorisation par l’Autorité de sûreté nucléaire et seront strictement contrôlés durant toute l’exploitation. Une première évaluation, sur des hypothèses pessimistes, indique que l’impact des rejets serait de l’ordre de 0,01 milliSievert par an (mSv/an) à proximité du Centre, soit très largement inferieur à la norme règlementaire (1 mSv/an) et à l’impact de la radioactivité naturelle (2,4 mSv/an en moyenne en France). Les effluents liquides susceptibles d’être contaminés par de la radioactivité seront récupérés grâce à un réseau particulier. Une fois récupérés, ces effluents seront analysés pour contrôler leur niveau de radioactivité. En cas de contamination, ils seront traités et gérés de manière adaptée.

Après la fermeture du stockage

L’impact à long terme du stockage est évalué, aussi bien en fonctionnement normal qu’en situation dégradée, afin de s’assurer que celui-ci sera aussi faible que possible. Les études ont montré que le stockage n’aura pas d’impact avant 100 000 ans et que celui-ci sera de l’ordre de 0,01 milliSievert en évolution normale. En situation dégradée (intrusion humaine, défaut d’un composant du stockage...) les études montrent que l’impact du stockage resterait inférieur à 0,25 milliSievert. Cette évaluation s’appuie sur les travaux de recherche menés sur les phénomènes qui se produisent au sein du stockage, qu’ils soient thermiques, chimiques, mécaniques, hydrauliques, radiologiques ou biologiques.

Ces travaux permettent également d’identifier les principales incertitudes et de définir différents scénarios pour évaluer, de manière pessimiste, l’impact des différentes situations envisageables. Cette méthodologie est réalisée dans un cadre précis, fixé par des référentiels de sûreté au niveau international par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), par l’Agence pour l’énergie nucléaire de l’OCDE et au niveau national par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Le guide de sûreté établi par l’ASN définit la méthodologie à mettre en œuvre pour évaluer la sûreté après fermeture. Il prévoit une démarche itérative d’évaluation, qui accompagnera toutes les phases de développement du stockage jusqu’à sa fermeture.

Exemples de doses d’exposition à la radioactivité : Le code de la santé publique limite les expositions reçues par la population du fait des activités nucléaires à 1 mSv par personne et par an (R.1333-8). Pour les travailleurs exposés, l’exposition ne doit pas dépasser 20 mSv sur douze mois consécutifs (article R.4451-12 du code du travail).Exemples de doses d’exposition à la radioactivité : Le code de la santé publique limite les expositions reçues par la population du fait des activités nucléaires à 1 mSv par personne et par an (R.1333-8). Pour les travailleurs exposés, l’exposition ne doit pas dépasser 20 mSv sur douze mois consécutifs (article R.4451-12 du code du travail).

 

La surveillance du stockage et de son environnement

L’Andra prévoit un ensemble de dispositifs de contrôle, d’observation et de surveillance du stockage et de son environnement, pendant toute la durée d’exploitation et après la fermeture du Centre.

Le contrôle des colis avant leur stockage

Un ensemble de contrôles est et sera mis en œuvre sur les colis, préalablement à leur stockage, sur les sites des producteurs avant leur livraison, puis sur Cigeo :

  • Des contrôlés, effectués sous la responsabilité des producteurs, dans le cadre du processus de production des déchets et de la demande formulée auprès de l’Andra pour la prise en charge des déchets dans Cigéo ;
  • Des contrôles effectués sous la responsabilité de l’Andra pour vérifier la conformité des colis aux déclarations des producteurs et au référentiel de sûreté de Cigéo ;
  • Des contrôles de second niveau par sondages effectués également sous la responsabilité de l’Andra dans le cadre de la surveillance de la maîtrise de la qualité des colis.

 La surveillance du stockage

Un programme de surveillance de l’installation sera mis en œuvre dès la construction de Cigéo et pendant toute son exploitation afin de contrôler tous les paramètres importants pour la sûreté du stockage (vitesse des engins, concentration en hydrogène, performance des filtres THE, air de la ventilation…). En plus de la surveillance au sens strict, les paramètres qui influent sur l’évolution du stockage à moyen et à long terme feront l’objet d’un suivi : température de l’air ambiant, évolution du diamètre des ouvrages (convergence des tunnels), tenue des bétons, corrosion des aciers…

Un suivi individualise de colis témoins sera mis en place dans des locaux dédies, permettant d’accéder facilement à chaque colis témoin et de l’expertiser périodiquement. Des ouvrages témoins représentatifs des différents composants du stockage (scellements, alvéoles...) et spécifiquement dédiés à l’observation et à la surveillance seront également réalisés dès la première tranche de construction de Cigéo. Ces ouvrages témoins seront fortement instrumentés pour suivre de manière détaillée leur comportement et leur évolution dans le temps. Plusieurs dizaines de milliers de capteurs seront ainsi placés dans Cigéo. Les moyens d’auscultation prévus s’appuient sur les capteurs existants et déjà utilisés dans l’industrie nucléaire et le génie civil sur lesquels on dispose d’un retour d’expérience important (plusieurs dizaines d’années sur les réacteurs nucléaires, les barrages...), et sur le développement de moyens innovants qui font l’objet de programmes de R&D.

Les alvéoles MA-VL seront construites au fur et à mesure de l’exploitation de Cigéo. Les premières alvéoles seront fortement instrumentées pour permettre leur observation détaillée. De plus, l’Andra propose de fermer l’une de ces alvéoles témoin quelques années après la mise en place des colis de déchets pour y poursuivre les observations dans une configuration fermée. La décision de procéder à la fermeture des alvéoles MA-VL pourra ainsi bénéficier du bilan de ces observations.

La surveillance de l’environnement

immersion de dechets radioactifsStation atmosphérique installée en 2011 dans la Meuse à Houdelaincourt, équipée d'un pylône de 120 mètres, accueillant notamment des capteurs météorologiques et des préleveurs d'air reliés à des analyseurs au sol.

Dès 2007, l’Andra a mis en place un Observatoire pérenne de l’environnement (OPE). L’OPE a pour objectif de faire un état initial de l’environnement actuel du futur stockage, pendant 10 ans, puis de suivre son évolution pendant la construction de Cigéo et toute sa durée d’exploitation. Il permettra notamment de vérifier le très faible impact de Cigéo sur l’environnement. Le territoire étudié par l’OPE couvre une surface de 900 km², autour des actuelles installations de l’Andra en Meuse/Haute-Marne. Au sein de cette zone, des études plus détaillées sont menées sur un secteur de référence d’environ 240 km² qui englobe la zone proposée par l’Andra pour l’implantation des installations souterraines de Cigéo (appelée ZIRA).

Par ailleurs, un suivi réglementaire de Cigéo sera défini dans les années à venir en fonction des études d’impact. Les observations réalisées par l’OPE contribueront à l’étude d’impact et au suivi réglementaire en fournissant notamment des informations complémentaires permettant de mettre en perspective des résultats ponctuels.

En savoir plus sur l'OPE.

La surveillance de la santé

Les populations locales ont plusieurs fois exprimé leur souhait de voir une surveillance de la santé autour du stockage. Un groupe d’experts a été mis en place pour proposer des modalités techniques pour assurer cette surveillance. L’Andra a saisi ses ministères de tutelle pour que la gouvernance et l’organisation d’un tel dispositif soient précisées. En 2013, les ministères en charge de la santé et de l’environnement  désignent la préfecture de la Meuse pour piloter les actions de santé qui accompagneront l’implantation de Cigéo.

 

Commentaires

Poster un commentaire